Menu

PARCOURS

PARCOURS

rb

Né en 1958 à Byblos, je vis à Paris depuis 1975. Et si je garde une tendresse infinie pour la ville où j’ai ouvert les yeux, j’aime passionnément celle qui, depuis quarante ans, ne cesse d’impressionner à la fois ma rétine, mon esprit et mon cœur.

J’ai reçu ma formation universitaire à Paris-Sorbonne : lettres classiques et modernes, histoire, philosophie, esthétique, histoire de l’art. De ma thèse de doctorat est né un essai sur La Fontaine (Le Seuil).

Mon travail de rédacteur d’encyclopédie, de responsable de projets éditoriaux et de rewriter dans l’édition m’a mené à collaborer avec des photographes, puis à assurer des reportages photographiques moi-même, notamment des portraits d’écrivains (agence Opale), et à réaliser des couvertures de partitions (éditions Symétrie).

Depuis une quinzaine d’années, j’accorde le meilleur de mon temps à l’écriture et à la photographie, en plaçant au centre de ma réflexion l’image artistique, son statut et ses pouvoirs. D’une part, des essais : La Peinture représentée (Hazan, avec Natacha Pernac), Le Livre dans la peinture (Citadelles et Mazenod). D’autre part, une recherche photographique marquée par une prédilection pour les vues urbaines.

La chance me fut donnée de perfectionner ma technique et d’exercer mon œil et mon sens critique, pendant plus de dix ans, au photo-club de Paris-Val de Bièvre. Quant à mes premières expositions individuelles, à partir de 2011, je les dois à Irma Toudjian, directrice artistique de Suoni e Pause (Cagliari). Aujourd’hui, je suis heureux de collaborer avec Christophe Boïcos à Paris (Chris Boïcos Fine arts), et en Corée avec Myeong-Hee Kim (directrice de la galerie parisienne Beauté du Matin Calme).

Mon instinct photographique me porte vers une esthétique harmonieuse quoique non esthétisante ; résolument placée du côté du beau, mais d’un beau sensible, ni futile ni froid. Un certain hédonisme, qui transparaît dans mon amour de la couleur, rejoint chez moi un penchant pour la vie contemplative.

Ma production photographique s’est essentiellement orientée, jusqu’à présent, dans trois directions. La première (Rain Painting) ajoute au prisme photographique le prisme naturel de la pluie. La deuxième (fictions fantaisistes autour des réverbères) explore le medium photographique à travers le fameux Flare. La troisième relève de la Street photography tout en faisant parfois écho à mon activité d’écriture.