Menu

ACTUALITÉ

Qu’est-ce que le Rain Painting© ? L’appellation s’inspire du « Light Painting », d’où l’adoption de l’anglais pour désigner cette production photographique centrée sur la « pluie ». Le Rain Painting est un thème, certes, mais davantage encore un procédé, relevant d’une démarche photographique et d’une esthétique particulières. Il consiste à capter un paysage ou une scène de pluie, de manière à laisser la pluie estomper, brouiller les lignes, les contours, les couleurs, ou bien les orner, les perler de fines gouttelettes, et parfois les ébranler, les défaire, ou encore les éparpiller, les pulvériser. Tels alignements de fenêtres ou de réverbères, telles silhouettes de piétons ou de cyclistes, peuvent ainsi être noyés dans une douce et vaporeuse nuée de pluie, ou bien aller jusqu’à perdre leur intégrité formelle et se répandre en éclaboussures, s’effilocher en lambeaux, irradier en flammes. Cela dit, la figuration ne disparaît pas pour autant dans ce type de photographie, et l’on ne s’y trouve que très rarement à la limite de l’abstraction. Plutôt que la pluie elle-même du reste, qui pourtant reçoit le « focus », le sujet photographique est tantôt un paysage arrosé ou submergé de pluie, magnifié par elle comme par une libation bienfaisante ; et tantôt une scène emportée par une bourrasque, traversée par des forces qui la désorganisent, la métamorphosent. Le Rain Painting ne craint pas la vibration des éléments, voire, de temps à autre, le bruit chromatique, qui n’est en l’occurrence que l’écho d’une pluie sonore...

Rainwaves

Paysages de pluie

Au Trocadéro, deux poursuivants et un jeune homme en cavale sous la pluie : les Dupondt et Tintin

Passants sous la pluie

Paris Fragments

exposition organisée par Chris Boïcos Fine Arts

8-18 mars 2018, à Paris (15, rue Bouchardon)

Le Rain Painting est largement représenté dans l’exposition Paris Fragments.

Le Rain Painting est un procédé photographique faisant appel à la pluie. Mais il ne se contente pas de prendre la pluie pour thème – de même que la lumière est bien plus qu’un sujet dans le Light Painting. La photographie relevant du Rain Painting est réalisée avec de la pluie. Celle-ci y est à la fois matière et prisme photographique.

Le Rain Painting consiste à capter un paysage ou une scène de pluie, de manière à laisser la pluie estomper, brouiller les lignes, les contours, les couleurs, ou bien les orner, les perler de fines gouttelettes, et parfois les ébranler, les défaire, ou encore les éparpiller, les pulvériser. Tels alignements de fenêtres ou de réverbères, telles silhouettes de piétons ou de cyclistes, peuvent ainsi être noyés dans une douce nuée de pluie, ou bien aller jusqu’à perdre leur intégrité formelle et se répandre en éclaboussures, s’effilocher en lambeaux, irradier en flammes.

La figuration ne disparaît pas pour autant dans ce type de photographie, et l’on ne s’y trouve que très rarement à la limite de l’abstraction – alors même que c’est la pluie qui reçoit le « focus ». Le sujet photographique existe bel et bien, tantôt paysage submergé de pluie, tantôt scène emportée par une bourrasque.

Et pas plus que la vibration des éléments, le Rain Painting ne craint, de temps à autre, le bruit chromatique, qui n’est en l’occurrence que l’écho d’une pluie sonore.